Les erreurs à éviter lorsqu’on est un parent d’enfant avec des problèmes sensoriels

Être parent d’un enfant ayant des troubles sensoriels, c’est être face à une problématique d’hypersensibilité et/ou d’hypo-sensibilité. Souvent plus visible, l’hypersensibilité représente tout un défi à gérer au quotidien. Les troubles sensoriels sont définis comme une difficulté du cerveau à filtrer l’information sensitive provenant d’un ou plusieurs des 6 sens : la vue, l’odorat, l’ouïe, le toucher, le goût et le système vestibulaire (l’équilibre). Il en résulte une hyperstimulation de certaines zones du cerveau entraînant de la frustration et de l’agressivité aboutissant à des crises fréquentes. Comprendre quelles expériences sensitives génèrent des réponses anormales chez son enfant prend du temps, de l’énergie et souvent de l’aide de professionnels de la santé. Chaque enfant est différent! Au fur et à mesure que vous comprendrez quelles sont les stimulations qui provoquent des réactions positives et négatives, vous pourrez ainsi créer une routine plus harmonieuse pour toute la famille.

Sources fréquentes de stimulations sensorielles négatives
Vous pouvez utiliser une liste pour déterminer quelles sont les activités quotidiennes susceptibles de causer de l’inconfort ou du plaisir à votre enfant. Les activités clés de cette liste doivent inclure le bain, l’habillement, les repas, le brossage des dents, aller à l’école ou la garderie, les interactions sociales, la télévision, le temps d’écran (ordinateur, tablette, télévision…) ainsi que le coucher.

Vous ne devez pas avoir peur d’expérimenter de nouvelles façons de faire. De petits changements peuvent complètement changer la perception que votre enfant a d’une situation.

Par exemple, un enfant avec des troubles sensoriels peut être effrayé à l’idée de prendre une douche mais peut adorer prendre un bain en particulier avec des bulles. Ne le forcez pas à prendre une douche. Cela risque de renforcer sa réaction négative et par le fait même augmenter son trouble sensoriel. Offrez lui d’autres possibilités jusqu’à ce que vous trouviez celle qui fonctionne. L’important après tout est qu’il se lave, peu importe la manière ! Une fois trouvé, on pourra en parallèle le désensibiliser pour l’amener à tolérer la douche. Comment transférer le capital « bain » en tolérance à la douche ? Probablement votre enfant n’apprécie pas l’eau qu’il reçoit sur la tête. Vous pouvez acheter des jouets recréant une douchette et tranquillement lui permettre de l’expérimenter par lui même. Et ainsi l’amener à tolérer, voire même jusqu’à aimer la sensation de l’eau sur la tête. Si c’est le bruit qui cause problème, mettez lui des bouchons d’oreille. Cela coupera l’intensité du son permettant ainsi à son système nerveux de ne pas être sur-stimulé. N’oubliez pas d’offrir régulièrement à votre enfant la possibilité de prendre une douche et armez-vous de patience. Le jour où son système nerveux sera assez désensibilisé pour accepter cette stimulation, il vous donnera son approbation.

Les lieux bruyants et visuellement chargés comme les fêtes d’enfants et les festivals peuvent simplement être trop de stimulations pour votre enfant. Les interactions sociales demandant de reconnaître les émotions des autres, les grandes foules, l’utilisation prolongée de la télévision ou de l’ordinateur peuvent aussi entraîner une hyperstimulation. Laissez votre enfant décider des activités auxquelles il désire participer et prévoyez des bouchons ou coquilles pour couper le bruit, des lunettes solaires pour diminuer la lumière, apportez-lui un repas de la maison pour ne pas avoir à lui faire manger des aliments qu’il n’a jamais goûté et demandez aux personnes présentes de ne pas le toucher à moins que ce soit l’enfant qu’il ne le demande.

Changements majeurs
Vous ne devriez pas essayer de forcer votre enfant à adopter une activité ou un comportement qu’il n’aime pas. Ces actions fatiguent l’enfant et le place dans une position de non-réceptivité. Vous devez aussi garder en tête que même plusieurs activités plaisantes mais à répétitions peuvent créer autant de fatigue. Il se peut que tout d’un coup il montre de la résistance à une activité que pourtant il adore ! La meilleure solution est de travailler avec une équipe pour essayer de développer une routine sécurisante et non exténuante pour répondre aux besoins de votre enfant. Alors vous pourrez travailler en parallèle à la désensibilisation de l’ensemble de son système nerveux sensoriel. En ne l’exposant pas à de l’hyperstimulation il augmentera sa tolérance. Un programme de désensibilisation doit comprendre les différentes modalités sensorielles, la fréquence de stimulation, l’intensité tolérée et la localisation. Une combinaison particulière de ces critères est une clé importante de la réussite de la désensibilisation de chaque enfant.

Répondre à la frustration et à la colère
L’enfant ne contrôle pas le moment où il entre en crise. Quand un enfant avec un trouble sensoriel atteint la limite de stimulation, son système nerveux sympathique entre en action provoquant un état de stress et il devient difficile, voire impossible de désarmer la situation. Sa réaction peut inclure lancer des objets, se bercer sur lui-même, se cogner la tête, frapper, mordre et/ou crier sans arrêt. Comme parent, il est primordial de ne pas répondre par la violence mais plutôt sécuriser les lieux pour éviter les blessures et attendre que la crise cesse. Ces crises sont une façon que le cerveau a de diminuer le taux de cortisol (l’hormone du stress) présente dans son corps. N’essayer pas de le contrôler ou de le contenir par la force… vous empirerez le problème. Une fois le taux de cortisol revenu à la normale, il sera beaucoup plus calme et réceptif.

Le travail d’identification des combinaisons qui mènent à une crise est primordial autant que la recherche des situations qui génèrent de bons comportements chez votre enfant. C’est un travail d’observation et de compilation d’information qui doit être fait et souvent la prise de notes aidera grandement à identifier le fil. Le retour fréquent à vos notes vous permettra de voir l’image globale de la progression de votre enfant. De plus, cela vous permettra de mieux comprendre l’ensemble des situations et vous guider à travers les éléments sur lesquels vous devriez vous concentrer dans le futur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s